Vanquish Playstation3

Date de sortie : 00/00/0000

Type : Action

Editeur : Sega

Notre test :

Du grand divertissement, c'est ce que nous promet Vanquish dès la scène d'introduction avec cette attaque terroriste russe qui rase littéralement la Californie de la carte. Bien assis dans son fauteuil, du haut de son vaisseau spatial, le patibulaire Zaitsev vient d'activer sa nouvelle arme de destruction massive. Et il menace d'infligé le même tarif funeste à New-York si le gouvernement américain ne cède pas à ces exigences. mais la Maison Blanche ne négocie pas avec les terroristes. C'est donc dans la peau de Sam, un soldat d'élite équipé d'une armure à la pointe de la technologie, que l'on va se rendre sur la station orbitale ennemie pour résoudre le problème à la source.
Ce départ en trombe a au moins le mérite de poser l'ambiance, à savoir celle d'un jeu d'action débridé où l'on essuie fusillades sur fusillades contre une armée de robots surarmés et déchaînés. Heureusement, Sam peut compter sur sa combinaison futuriste, qui d'un blanc immaculé et ultra-stylée, lui permet de se déplacer à la vitesse de l'éclair en activant ses réacteurs. Le sauveur américain peut alors montrer toute l'étendue de ses talents avec des acrobaties vertigineuses, qui sont hélas que d'ordre esthétique, aucun bouton "saut" n'ayant été prévu à cet effet. On regrette aussi que les approches au corps à corps soient constamment à l'avantage des ennemis, nous cantonnant à tirer pour éliminer ces derniers. mais Sam dispose d'un arsenal pour le moins fourni, avec des armes aussi dévastatrices que complémentaires. On mitraille dans tous les sens à bord d'un métro aérien, on évite l'immense rayon laser qui rase le champ de bataille, on se dépêche de traverser un pont qui s'écroule sous ses pieds, on escorte un convoi menacé par d'immenses bombes mouvantes.
La durée de vie se révèle plutôt courte, à peine une demi-douzaine d'heures. Si un certain manque de variété se fait ressentir à cause d'environnements très similaires, le bestiaire réussit heureusement à combler ce léger manque de créativité avec des modèles de robots très différents. Explosif, Vanquish n'oublie pas non plus d'être beau. Au début, la station spatiale, toute de métal, paraît austère et froide: elle offre un contraste saisissant avec la chaleur très palpable et rougeoyante des explosifs. Une réalisation graphique de très bonne facture, malheureusement desservie par une bande-son techno insupportable et, dans chaque niveau, des menus de statistiques dont on se demande encore à quoi ils servent.
Vanquish s'affirme comme un shoot futuriste donnant sans cesse dans la démesure pour des sensations XXL.

Déconseillé aux - de 18 ans.

La note :
6/10